Les toits verts, bons pour l’environnement

La construction d’un toit plat plus éco énergétique

 

toitsDepuis quelque temps, on retrouve de plus en plus de toits plats verts sur les édifices publics, des immeubles commerciaux et sur certaines résidences familiales. Ils suscitent ainsi un réel intérêt au sein de la population et surtout chez les médias. Quoi qu’on dise, les toits plats garnis de végétation sont bons pour l’environnement et participent à la qualité de vie au quotidien. Une toiture verte peut en effet contribuer à une réduction des coûts de climatisation.

 

Ce qu’il y a de vraiment génial avec ce type de toit c’est que l’on peut procéder à son installation sur divers bâtiments tels qu’un immeuble commercial, un immeuble à logement, une école, un cégep ou une université.

 

Une meilleure qualité de l’air

 

Un toit vert peut améliorer sensiblement la qualité de l’air aussi bien en ville qu’en périphérie. En effet, ils permettent de diminuer la quantité de fine poussière de 2 kilos par mètre carré. Selon les différentes analyses des experts, les toits verts sont presque aussi efficaces que les filtres à suie. Ils permettent aussi de neutraliser le CO² tout en la convertissant en oxygène. Ce qui ralentit à terme l’effet de serre.

 

Une plus grande biodiversité

 

Les toits verts contribuent à la massification des espèces de plantes et d’animaux en ville. En effet, ils constituent souvent le nid des oiseaux, des papillons et des insectes. Pour obtenir un tel résultat, il faut cependant miser sur des toits offrant le maximum de biodiversité afin d’augmenter les performances de l’installation.

 

Une meilleure maîtrise de l’eau

 

Pour limiter les conséquences des précipitations intenses, les toits intenses constituent une solution maligne et efficace pour retenir l’eau. En effet, la couche de plante et la couche de substrat retiennent l’eau. Ceci entraîne surtout moins d’eaux usées impures et surtout moins de pression dans les égouts. Ainsi, les dangers d’inondation sont largement réduits, car la végétation a la capacité de retenir jusqu’à 80 % des précipitations annuelles.

 

Une nette diminution de l’effet des îlots de chaleur

 

L’effet Urban Heat Island est un phénomène qui se produit lorsque la température en ville est plus élevée que celle à la campagne. Il est causé par le fait que le rayonnement solaire est absorbé par des matériaux obscurs en ville. Les toits verts agissent en véritables ralentisseurs de ce phénomène.

 

Les toits verts au Québec

 

Au Québec, on dénombre environ une trentaine de toits plats de ce type. Ce qui est un nombre très faible. De plus, on retrouve ces toits verts plus sur les résidences privées que sur les bâtiments publics. Concernant ces derniers, on a par exemple à Québec ou à Montréal. Au final, les toits verts sont des installations passionnantes, mais il convient de bien se renseigner avant de se lancer dans de tels travaux. La construction d’une telle toiture peut engendrer certains problèmes qu’il faudra prévoir pour éviter les catastrophes et les dommages à la maison ou à l’immeuble commercial.